fbpx
Le mix - ingénieur du son

Comment faire un mixage audio

Le mixage est une opération technique qui consiste à regrouper plusieurs enregistrements en un seul. Pour prendre un cas concret, prenez l’exemple d’un groupe qui enregistre sur une piste un guitariste. Puis, sur une seconde piste la batterie, et enfin une basse sur la troisième piste. Le mixage va consister à regrouper ces enregistrements sur une seule piste, en vue de la production finale du morceau de musique.

Mais il ne s’agit pas seulement de les « mixer », c’est-à-dire de les regrouper ensemble. Tout l’art d’un bon mixage va être d’ajuster les paramètres audios pour créer une harmonie entre les différents instruments et voix. Les paramètres sur lesquels vous pouvez agir sont nombreux. Le réglage du niveau sonore permet de faire ressortir un instrument ou d’en atténuer un autre, mais il y a beaucoup d’autres moyens d’agrémenter chaque piste en ajoutant un effet de réverbération, de delay … C’est la le boulot d’un bon ingénieur son présent dans un studio d’enregistrement.

Quel matériel ?

L’opération de mixage passe par aujourd’hui par l’acquisition d’un logiciel de mixage, appelé DAW (Digital Audio Workstation). Il en existe des dizaines, parmi lesquels Cubase, Adobe Edition, Pro Tools … Je dirai que le choix du logiciel importe peu car ils ont tous ou à peu près, les mêmes fonctionnalités. L’idéal étant d’en essayer 2 ou 3 et de choisir celui dont l’ergonomie convient le mieux.

L’enregistrement

Attention : le mixage n’est pas une opération de correction des enregistrements ! le premier principe à respecter est de réaliser des enregistrements les plus parfaits possible. C’est sur eux que vous allez travailler ensuite et un enregistrement original irréprochable sera la meilleure façon de l’insérer dans un mix avec succès. Je préfère par exemple travailler sans certains effet type « pédales » sur une guitare pour avoir un son pur, plutôt que d’enregistrer un instrument avec des effets pour les corriger ensuite. 

Volume et positionnement du son

L’une des premières étapes dans le mixage est de régler la hauteur des sons des différentes pistes, et de les positionner sur l’échelle stéréo, c’est-à-dire de les placer à gauche, au centre ou à droite de l’espace sonore. Vous pouvez varier la hauteur d’une piste sur la durée du morceau : un instrument (souvent une rythmique) sera très présent sur certains passages, puis s’effaceront pour laisser plus de champ à d’autres instruments. 

Réglage des fréquences

Un son est audible via une vibration de l’air ambiant à certaines fréquences. Les sons audibles à une (bonne) oreille humaine vont de 20 à 20000 Hz. La qualité d’un enregistrement se mesurera aussi par sa clarté. Il ne doit donc pas y avoir de concurrence entre les instruments sur une même fréquence. Pour éviter cet effet, le DAW vous permet de travailler sur chaque plage : en écoutant le niveau de chaque instrument, vous pourrez ainsi diminuer, sur une même fréquence, le volume d’une piste pour laisser davantage de présence à une autre piste. 

Les tables de mixage virtuelles vous proposent un nombre de plages de fréquences réglables (entre 6 et 10 selon les DAW).

Rajouter des effets

Rajouter certains effets peut donner plus de profondeurs à vos enregistrements. Une légère réverbération par exemple, ou un effet delay. La liste des effets est longue, mais il convient de ne pas se laisser emporter par l’ajout trop nombreux d’effets : cela risquerait des surcharger votre morceau sans rien rajouter au niveau de la qualité.

Le mastering

L’opération de mixage étant réalisée, il reste maintenant à faire le mastering, qui peut se faire en général sur le même logiciel que celui de mixage. 

Le mastering va travailler sur le fichier mixé précédemment. A ce stade, vous disposez donc d’un enregistrement unique. Le mastering peut travailler sur 2 paramètres de l’enregistrement : les fréquences et le volume.

Le travail sur les fréquences va permettre d’enlever quelques bruits indésirables éventuels sur l’enregistrement. Après les avoir repérés à l’oreille, vous pourrez les « gommer » à partir du logiciel.

Sur la figure ci-dessus, un bruit intempestif (repéré en rouge) a été décelé et repéré sur l’enregistrement. L’opération de mastering va consister à substituer à cet écart un échantillonnage adéquat avec les fréquences adjacentes (cf ci-dessous).

Il convient de bien substituer des fréquences et non les supprimer car cela aurait pour effet de modifier le tempo de la mesure !

Le réglage sur le volume a pour objectif d’éviter tout effet de saturation, celle-ci produisant un effet de distorsion du son à l’oreille préjudiciable à l’écoute.

A vos casques !

Et maintenant, passons à l’écoute. C’est une étape essentielle et qui mérite d’y consacrer de longs moments. L’oreille s’exerce ainsi à reconnaitre les différentes pistes et effets rajoutés, pour éventuellement susciter un nouvel ajustement des paramètres audio. 

Pour un enregistrement de qualité professionnelle, il ne faut pas hésiter à passer par un studio d’enregistrement. Celui-ci, disposer non seulement d’un matériel de haute qualité, mais surtout d’un personnel compétent, comme un ingénieur du son dont le professionnalisme assurera à votre enregistrement toute la qualité qu’il mérite.



Retour haut de page